Bandeau tressé Entrenoue
Mode et beauté, Mon combat

J’ai testé… les bandeaux et turbans Entrenoue

Hello les terrien(ne)s ! Aujourd’hui, j’ai envie de vous parler de Entrenoue, une jolie marque de turbans et de bandeaux engagée. Si tu as suivi mon aventure, tu sais dores et déjà que j’ai perdu mes cheveux en 2016 et que je ne les ai retrouvés qu’en mai/juin 2017 avec une repousse des plus bizarres (cheveux châtain clair cramés type afro en mode carpette/bouclettes indomptables). Il a fallu attendre plusieurs coupes de cheveux et 2018 pour que je retrouve la texture de mes cheveux d’avant.

Flashback et retour en 2016. Je suis en plein dans mes traitements, c’est dur, c’est long. Je vomis, j’ai plus de cheveux et je me sens isolée. Je découvre en parallèle Instagram (dont ma meilleure amie n’arrête pas de me vanter les mérites et dont je ne saisis pas très bien la différence avec Facebook). En arrêt de travail et pas au top de ma forme pour sortir, je décide donc d’aller sur Instagram pour voir de quoi il s’agit (#whatisthefussallabout?). Je me crée un compte (à l’époque : maux-de-je, changé récemment en « leslubiesdelaura » car tout le monde m’appelait Maud. LOL). Bref, passons. Je pianote sur Instagram, je découvre les comptes suggérés, les hashtags et toutes ces choses de la nouvelle ère (bah ouais, je suis née en 88, je suis presque un dinosaure). Je décide de commencer à raconter un peu mon combat. Faut dire que je m’ennuie comme un rat mort et j’ai rien d’autre à faire. Je commence à suivre des autres combattantes car je ne retrouve personne de ma tranche d’âge à l’hôpital (diagnostic à 27 ans…) et je me sens un peu en marge de la société. Je ne m’identifie plus aux jeunes de mon âge qui sortent à tout va. Moi je larve sur le canapé en attendant que les effets secondaires me laissent tranquille. Je ne m’identifie pas non plus aux malades de l’hôpital, pour la plupart très âgés, qui me parlent comme s’ils allaient mourir demain. Moi, je compte pas crever d’un cancer à la con. En septembre 2016, je décide de poster ma première photo de combattante avec les hashtags #nevergiveup et #cancerwarrior et je retrouve dessous ce joli commentaire, laissé à l’époque par une dénommée f.rosaviegas :

Capture

Ensuite, tout part très vite. Je réponds au commentaire. Elle me répond. Je lui réponds. On est sur la même longueur d’ondes. Qu’est-ce que ça fait du bien. Je crois qu’elle accroche tout aussi bien avec moi que moi avec elle. Très vite, on arrête de commenter et on passe aux messages privés et puis 79 semaines plus tard, rien n’a changé. Ou plutôt si. On est toutes les deux sorties du tunnel (fingers crossed). Entre temps, on s’est rencontrées plusieurs fois « en vrai ». Et elle a monté une boîte géniale dont elle me pitchait timidement l’idée en mars 2017. Cette boîte c’est le sujet de cet article.

 

Entrenoue, c’est une marque de turbans et de bandeaux créés par la jolie Fanny, touchée par un cancer du sein en 2016. Je me sens un peu privilégiée d’avoir pu assister à la naissance de ce beau bébé. J’ai même eu l’honneur de porter les premiers prototypes (ci-dessus) de la marque qui ont, depuis, été peaufinés pour en faire des véritables accessoires de mode ultra-géniaux. OK, tu vas te dire : la meuf est amie avec Fanny, c’est sûr que son article va pas être objectif. Alors, laisse-moi te dire que tu peux faire taire tout de suite ta petite voix intérieure. J’ai testé et retesté ces bandeaux et turbans (et de nombreux autres, d’autres marques – le tout AVEC et SANS cheveux) et je vais te dire en long, en large et en travers, pourquoi ils restent mes préférés. Mets ta ceinture, c’est parti.

Du sur-mesure

Le premier point fort non négligeable de cette marque, c’est le sur-mesure. Le travail de Fanny est fait de ses propres mains avec une volonté et une vraie vocation de faire du sur-mesure et de produire un accessoire entièrement adapté à la personne, qu’elle soit en traitement ou non. Fanny t’invite à indiquer ton tour de tête au moment de l’achat. Elle réalise donc un bandeau 100% adapté à ta tête. Et laisse-moi te dire que ça fait toute la différence. Si tu me connais ou que tu as vu ma tronche sur ce blog, tu sais que je porte des lunettes (#Renélataupe bonjour). Tous les turbans à nouer traditionnels, bien que pouvant donner des résultats ultra-jolis, me donnaient archi mal à la tête. De 1, car mon traitement induit des maux de tête et de 2 car il fallait bien les serrer pour éviter qu’ils ne glissent. Le problème c’est que lorsqu’on serre bien, le tissu appuie à mort sur les branches des lunettes, ce qui file des maux de tête. Je me retrouvais donc à bazarder mon turban en milieu de journée. Les bonnets, quant à eux, me donnaient l’air d’une mamie (disclaimer : je kiffe les mamies mais j’ai 30 ans, les gars, pas 92).

Une collection à taille humaine en perpétuel renouvellement

Comme Fanny travaille seule et à la commande, elle ne propose pas des stocks énormes. L’avantage, c’est que tu te retrouves pas à porter le turban de Madame tout le monde. De plus, les stocks étant épuisés assez rapidement, Fanny propose de nouveaux modèles très fréquemment. Le mieux est donc de suivre son compte sur Instagram (@entrenoue) ou Facebook afin d’être à l’affût des nouvelles arrivées de tissus. Il y a également parfois des modèles uniques (par exemple, le bandeau en wax violet que tu peux voir ci-dessous). Moi j’adore, j’adhère.

DSC_0099

Des tissus adaptés et des détails soignés

Un point non négligeable. Les tissus sont adaptés aux cuirs chevelus sensibles/crânes nus. On peut donc les porter sans craindre d’être irritée. Fanny rajoute même au besoin une doublure en voile de coton pour rendre le bandeau ou le turban tout doux. C’est indispensable lorsqu’on est en chimiothérapie ou qu’on souffre d’alopécie (perte totale ou partielle des cheveux) et appréciable lorsqu’on est une personne lambda.

Les coutures sont réalisées à la main et les bandeaux ne présentent pas d’étiquette qui gratte au mauvais endroit. Je ne sais pas vous, mais moi, ça me rend dingue de découper des étiquettes ou de devoir les découdre quand elles me grattent. Y’a rien de pire !

 

Des motifs, de l’uni, du sobre, du brillant : y’en a pour tous les goûts

Niveau coloris et styles, chacun y trouve son bonheur. J’aime tout particulièrement le soin apporté afin de choisir des tissus en fonction de la saison : du doré brillant pour Noël, du coloré en été, de l’uni plus sobre en hiver afin d’aller avec toutes les vestes et manteaux. C’est très bien pensé. On voit que Fanny y met du cœur.

DSC_0090
Bandeau doré sorti à l’occasion des fêtes 2017

Différents modèles

Que tu saches nouer un turban ou pas, Entrenoue est fait pour toi. Fanny propose différents modèles : du simple turban à enfiler en deux-deux au turban modulable à souhait. On A-DORE. Si tu es une quiche du nouage comme yours truly, tu apprécieras de pouvoir enfiler un turban et de faire croire aux autres que t’es une reine turbanista.

Il existe plusieurs modèles dans la boutique :

  • Le turban modulable : adaptable à souhait avec plus ou moins de volume. On joue avec jusqu’à obtenir ce que l’on recherche puis il suffit de l’enfiler comme un bonnet par la suite. Ce bonnet contient un fil de fer permettant de maintenir la forme en place. Le fil de fer n’est jamais en contact direct avec le crâne donc pas de souci à se faire niveau confort.
  • Le turban bonnet : comme son nom l’indique, on l’enfile comme un bonnet. On utilise ensuite l’élastique pour attacher le pan avec le volume que l’on souhaite.
  • Le turban tressé : bon, je ne le cache pas, c’est mon préféré. Il est juste MA-GNI-FIQUE. J’apprécie particulièrement sa double fonction : c’est un bandeau que l’on peut adapter en turban, ou vice-versa. Il suffit de glisser le pan sous la tresse pour en faire un turban ou de replier les côtés pour en faire un bandeau. C’est génial, on peut réutiliser les turbans après une chimiothérapie et en faire des bandeaux. Si c’est pas l’idée du siècle ça !
  • Le turban plissé : le plus simple. Prénoué, à scratcher. Y’a rien à faire. On le glisse sur la tête, on scratche et voilà !

Le bandeau/turban tressé

 

 

Un prix imbattable et éthique

Entrenoue, c’est surtout un rapport qualité/prix génial. On a du fait main, du sur-mesure, sans se ruiner. Il vous faudra compter env. 20-25 € pour un bandeau et 40-45 € pour un turban. Fanny adapte ses prix en fonction du coût de revient de ses tissus : plus le tissu est cher, plus le bandeau le sera (et vice versa). On ne vous demandera donc pas 60 € pour un vulgaire bonnet noir en coton. Gardez l’œil ouvert également au moment des changements de saison car il y a parfois des soldes, l’occasion de faire de très bonnes affaires.

Bref, Entrenoue, cette marque, on l’adore.

J’espère que vous avez apprécié cet article. N’hésitez pas à laisser vos commentaires. Je vous laisse sur une rétrospective capillaire et je vous dis à très vite, pour de nouvelles aventures.

signature

Ce diaporama nécessite JavaScript.

3 réflexions au sujet de “J’ai testé… les bandeaux et turbans Entrenoue”

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s